À découvrir dans la région :

- MORESTEL (8 km, 9’)

Cette cité a donné son nom à une école picturale dont le plus célèbre représentant fut François-Auguste Ravier (1814-1895). À voir : la "Maison Ravier" et la "Maison du Pays des Couleurs". Office-de-tourisme de Morestel

- La TOUR-DU-PIN (10 km, 13’)

Des édifices anciens dressent encore leurs façades dans les rues du village : maison de la Nation, ancien couvent des Récollets et surtout, rue de l'Italie, la "Maison dite des Dauphins" (1504) qui accueillit François 1er à son retour de Marignan. L'église recèle un splendide triptyque (espace) (1541-1542) de Georg Pencz. Office-de-tourisme de La-Tour-du-Pin

- BRANGUES (13 km, 14’)

« Ici reposent les restes et la semence de Paul Claudel » : telle est l'épitaphe rédigée par l'écrivain qui surmonte sa pierre tombale, au milieu du parc du château de Brangues. Il acquit cette résidence en 1927 et y fut inhumé en 1955.

- IZIEU (18 km, 21’)

Mémorial des enfants d’Izieu.

- BOURGOIN-JALLIEU (25 km, 24’)

Musée Victor-Charreton : outre une exposition sur l'histoire du tissage et de l'impression sur étoffes, spécialités de Bourgoin, le musée regroupe des collections touchant différents domaines. On retiendra notamment une collection de peintures des XIXe et XXe siècles.

- LAC DE PALADRU (25 km, 27’)

Cinquième lac naturel de France, long de 5,5 km et large de 1 km, il est joliment cerné par les vertes collines du bas Dauphiné. Rendez-vous des véliplanchistes et des randonneurs lyonnais et dauphinois, il est très fréquenté l'été. Musée lac de paladru

- CHARAVINES (32 km, 34’)

Musée archéologique : exposant le produit des fouilles, il abrite les maquettes du bourg médiéval et du village néolithique découvert au site des Baigneurs. Un espace est consacré aux mottes castrales du XIe siècle.

Village médiéval : à Colletière, des fouilles ont mis au jour un village, probablement fondé vers l'an 1000. Il fut abandonné dès la fin du XIe siècle, à la suite de l'élévation sensible des eaux du lac.

- Château de VIRIEU (24 km, 25’)

Édifié au XIIe siècle, mais profondément modifié depuis lors, il abrite un mobilier remarquable et cinq canons laissés par Louis XIII en 1622. Lamartine, ami d'Aymon de Virieu et habitué des lieux, y écrivit un poème célèbre, « Le Vallon ». Chateau-de-virieu.

- CREMIEU (35 km, 36’)

La cité de Crémieu s'est forgée en huit cents ans, une histoire dont elle a su conserver jusqu'à aujourd'hui les plus beaux témoignages architecturaux. Cette richesse patrimoniale révélée et mise en valeur par une restauration d'envergure ces dernières années, rappelle à la mémoire ce long chemin parcouru depuis le Moyen-Âge. Point fort du Dauphiné, cette cité garde des traces de son brillant passé : des halles du XIVe siècle avec leur couverture d'origine en lauzes, trois portes fortifiées des XIVe et XVIe siècles et un cloître bâti au Grand Siècle.

- VOIRON (37 km, 40’)

Unique lieu de production du célèbre élixir des Pères Chartreux, qui depuis le XVIIIe siècle perpétuent la tradition au sein de l’Ordre des Chartreux, l’un des plus anciens de la chrétienté, Voiron accueille depuis 1935 les caves et la distillerie de la Chartreuse.

- LES BONNES AFFAIRES : LES MAGASINS D'USINE

  • PARABOOT à TULLINS (Isère) rue Hector Berlioz (58 km, 50')
  • LAFUMA à ANNEYRON (Drôme). Ouvert du lundi au samedi de 10h à 17h45. Tél : 04.75.31.31.31 (93 km, 1 h 15')
  • JARS Céramiques à ANNEYRON (Drôme). Ouvert du lundi au vendredi de 10h à 12 et de 13h30 à 17h45. Samedi de 10h à 12h et de 14h à 17h45
  • MARQUES AVENUE à ROMANS-SUR-ISERE (Drôme) - 60 avenue Gambetta. Ouvert du lundi au samedi de 10h à 19h. (120 km, 1 h 15')
  • TEFAL à RUMULLY (74150) (75 km, 1 h)

- St CHEF : la tombe de Frédéric DARD alias SAN ANTONIO (14')

- Lac d’AIGUEBELETTE (36 km par autoroute, 28’)

Au pied de la chaîne de l'Épine, ses neuf plages en font un site très fréquenté, entouré de plusieurs stations d'été idéales pour la pêche et le bateau. Lac-aiguebelette

- BELLEY (39 km, 41’) :

Cette ville sympathique et active s'épanouit au cœur de collines boisées, ponctuées de lacs et de châteaux. On devine que Lamartine, élève au collège de Belley de 1803 à 1807, put être ému et inspiré par la grâce de ce cadre romantique.
Cathédrale Saint-Jean-Baptiste : en dépit de sa reconstruction relativement récente (XIXe siècle), elle est remarquable par son chœur gothique à cinq chapelles rayonnantes et son maître-autel en marbre de Carrare. L'orgue est l'œuvre du grand facteur Cavaillé-Coll.

- La CÔTE-SAINT-ANDRE (47 km, 46’) :

Musée des Liqueurs : la distillerie Cherry Rocher, fondée en 1705, propose la visite de ses installations et des caves du XVe siècle, dans lesquelles a lieu une dégustation. Le musée présente du matériel ancien et une intéressante collection d'affiches anciennes sur les eaux-de-vie.

Musée Hector-Berlioz : il est aménagé dans la maison natale du compositeur, demeure bourgeoise de la fin du XVIIe siècle qui a été restaurée dans son état d'origine. Il rassemble divers souvenirs : manuscrits, partitions, instruments et tableaux de famille.

Palais du Chocolat : on suivra avec patience l'évocation de l'origine historique et géographique du cacao, ainsi que l'exposé botanique et la description du travail de l'artisan avant d'arriver à l'essentiel, la dégustation de chocolat !

Halles : la rue de la République aboutit sur une vaste place où se dressent les halles du XIIIe siècle, abritant toujours le marché du jeudi. En septembre, elles servent de cadre au festival Berlioz.

Château : dominant la ville, cet imposant édifice du XVIIe siècle, aux fenêtres à bossages, possède un ample escalier central, une cheminée Renaissance, une salle remarquablement décorée et, sur la cour, une galerie aux colonnes de pierre.

- CHAMBERY (47 km par autoroute, 40’)

L'ancienne capitale de Savoie, bâtie entre les bras de l'Albanne, a gardé un cachet aristocratique qui se manifeste dans la belle perspective de ses portiques.

Musée des Beaux-Arts : il présente une collection de grande qualité, riche en peintures italiennes du XIVe au XVIIIe siècles. Parmi les œuvres florentines se distinguent le célèbre « Portrait de jeune homme » par Uccello et une « Crucifixion » de Santi di Tito.

Fontaine des Éléphants : baptisée « Les-Quatre-sans-cul » par les habitants de la ville, cette œuvre insolite dans le paysage chambérien honore depuis 1838 la mémoire du général de Boigne. Celui-ci consacra à la ville la fortune qu'il avait rapportée des Indes.

Place Saint-Léger : son architecture est caractéristique du vieux Chambéry, hautes façades, larges avancées du toit, et passages, comme dans l'îlot de l'Horloge, aux nos 61-67.

- Abbaye de HAUTECOMBE (52 km, 53') à Saint-Pierre-de-Curtille :

Fondée en 1125 par saint Bernard et le comte Amédée III, elle abrite les tombeaux des princes de la maison de Savoie. Au XIXe siècle, les artistes piémontais l'ont ornée d'une profusion de stucs et de marbres. Le site exceptionnel et l'intérêt historique de l'Abbaye attirent un très grand nombre de visiteurs.

- SAINT-HUGUES-DE-CHARTREUSE (56 km, 56')

Sa particularité réside en fait dans son église. Rien ne signale au promeneur que la construction édifiée par les Chartreux abrite le Musée départemental d'art sacré contemporain. Il faut franchir le seuil pour découvrir ce que l'extérieur ne laisse deviner : le mobilier de l'église, les fresques murales, les vitraux, tout a été réalisé dans la même veine contemporaine qui confère une unité à l'ensemble.

- AIX-LES-BAINS, par le tunnel du Chat (55 km, 44’)

Deuxième station thermale de France où se pressaient jadis les têtes couronnées, elle recèle des palaces « Belle Époque » noyés dans la verdure. Elément essentiel du décor, les eaux limpides du lac du Bourget, chanté par Lamartine.

- GRENOBLE (77 km, 54’)

Musée Stendhal : l'ancien hôtel de Lesdiguières (XVIIe-XVIIIe siècle) abrite, dans un décor un peu fané, des souvenirs de l'écrivain. Henri Beyle (1783-1842) est né au n°14 de l'actuelle rue Jean-Jacques-Rousseau.

Muséum d'Histoire naturelle : bâti au milieu du XIXe siècle, il recèle l'une des plus riches collections de France, plusieurs millions de pièces, illustrant notamment la montagne vivante et la minéralogie alpine.

Fort de la Bastille : pour jauger la ville, rien de tel que le téléphérique. Il mène aux fortifications bâties en 1823 : beau panorama sur la chaîne de Belledonne. On peut redescendre à pied par le parc Guy-Pape et le jardin des Dauphins.

Grésivaudan : rabotée par les glaciers entre les murailles calcaires de la Grande-Chartreuse et les pics granitiques de Belledonne, cette large vallée, parcourue aujourd'hui par l'Isère, est l'une des régions les plus fertiles des Alpes.

Place Victor-Hugo : d'une grande unité architecturale, la place est bordée d'immeubles bourgeois de quatre étages, coiffés de toits d'ardoise. La façade de l'immeuble au Griffon est d'une folle exubérance.

- LYON (76 km, 1 h 01’)

Fourvière «qui prie» et La Croix-Rousse «qui travaille»: la métropole décrite par Michelet a marié Saône et Rhône, canuts et couvents, vestiges antiques et palais Renaissance, coiffant son opéra d'une coupole signée Nouvel.
Musée historique des Tissus : l'hôtel de Villeroy abrite une somptueuse collection d'étoffes, du IVe siècle (tissus coptes d'Égypte) à nos jours. Elle fait évidemment la part belle aux soieries lyonnaises depuis le XVIIe siècle.
Tour de l'Observatoire : un escalier de trois cents marches mène au sommet de la tour. De là, guidé par une table d'orientation, on découvre non seulement l'agglomération, mais aussi la campagne environnante.

- CHAMONIX (181 km, 1 h 55’)

- Parc Walibi Rhône-Alpes : (8,5 km, 12')